Annonce


En exclusivité sur jabo-net...

Les chroniques de Billos !

Seront publiées ici les chroniques les plus récentes


Publiée le 18 octobre



LE MASQUE

Depuis le 18 juillet 2020, le port du masque est obligatoire dans les lieux publics fermés du Québec. On avait peur que des éclosions surviennent un peu partout durant les vacances de la construction.

Trois semaines après la fin des vacances, on s'est rendu compte que rien n'avait changé, bref, la situation avait été stable, ni pire, ni mieux qu'avant. Était-ce l'effet du masque qui avait empêché une propagation plus rapide de la maladie? À première vue, on pourrait le croire.

Le fouillis du masque

Au tout début de la pandémie, le Dr Arruda nous déconseillait fortement le port du masque. Il nous disait que c'était inutile, que ça nous donnait un faux sentiment de sécurité, que seul le N95 était efficace mais qu'il était réservé pour les professionnels de la santé.

Quelques semaines plus tard, coup de théâtre, le même Dr Arruda recommande fortement le port du masque dans les endroits publics. Ce qui, au départ, n'était qu'un faux sentiment de sécurité devient tout à coup un moyen de protection efficace, une panacée qui va nous sauver.

Les masques artisanaux

Dès qu'on a recommandé le port du masque, plusieurs ont flairé la bonne affaire et se sont mis à en fabriquer. Le problème est que le gouvernement a donné sa bénédiction à cette activité, mais n'a pas donné d'instructions claires sur le comment fabriquer un masque efficace pour la protection de la population.

Toutes les couturières se mirent à l’œuvre et des milliers de masques virent le jour en peu de temps. Les dirigeants n'ayant pas émis de directives claires, les masques étaient fabriqués un peu n'importe comment. Évidemment, celles qui les fabriquaient le faisaient au meilleur de leurs connaissances... mais était-ce suffisant pour assurer l'efficacité du masque?

Ce que vous devriez savoir

«Les masques faits maison ne sont pas des appareils médicaux et ils ne sont pas réglementés comme les masques médicaux, ils n'ont pas été testés selon des normes reconnues, les tissus ne sont pas les mêmes que ceux utilisés dans les masques chirurgicaux ou les respirateurs, les bords ne sont pas conçus pour être étanches autour du nez et de la bouche.

Il se peut que ces types de masques ne bloquent pas efficacement les particules virales transmises par la toux et les éternuements ou lors de certaines procédures médicales, puisqu’ils ne sont pas assez serrés et qu’ils sont fabriqués avec des matériaux non approuvés.

Certains masques, disponibles sur le marché, sont munis d'une soupape d'expiration qui permet à la personne qui les porte de mieux respirer, mais ces soupapes n'empêchent pas les gouttelettes respiratoires infectieuses d'être projetées dans l'air. Il n'est pas recommandé de porter un masque muni d'une soupape d'expiration parce que ces masques ne protègent pas les autres contre la COVID-19 et qu'ils ne limitent pas la propagation du virus.»

Source: gouvernement du Canada.

Il est judicieux de se questionner sur l'efficacité réelle des masques à motif que l'on retrouve un peu partout dans le commerce. En ce qui concerne les masques munis d'une soupape, ils sont inutiles... c'est comme ne rien porter.

Billos

Votre opinion nous intéresse, merci de répondre à ce petit sondage


     Annonce


Pour voir tous les articles, réagir et les commenter, rendez-vous sur le blog de
"De tout sur tout"


Vous aimez cette page... partagez-la!


Pour envoyer cette page par courriel à un(e) ami(e)
Cliquez ici




droit de publication accordé exclusivement à jabo-net.com
toutes copies interdites.