En exclusivité sur jabo-net...

Les chroniques de Billos !

Seront publiées ici les chroniques les plus récentes


Publiée le 7 juillet 2019



Trudeau le naïf

Le Canada a des problèmes avec la Chine, c'est bien connu. Tout a commencé avec l’arrestation de la directrice financière de Huawei, Wanzhou Meng, à la demande des USA. La Chine a riposté avec l’arrestation de 2 Canadiens travaillant là-bas, Michael Kovrig et Michael Spavor.

Évidemment, quand des Canadiens sont arrêtés à l'étranger, sans avoir été reconnus coupables d'avoir commis un crime quelconque, on demande l'aide du gouvernement pour les faire libérer. M. Trudeau, comme tout bon premier ministre, s'était engagé à faire pression sur la Chine pour aider à leur libération.

Trudeau le sans-gène

Faut vraiment avoir du front tout le tour de la tête pour demander la libération de 2 Canadiens quand toi-même tu détiens, à la demande express d'un pays étranger, les USA, une prisonnière chinoise qui n'a commis aucun crime au Canada.

Trudeau avait demandé une entrevue avec le premier dirigeant Chinois, mais quand ce dernier a su que c'était le premier ministre du Canada, il n'a pas voulu lui parler. Méchante gifle pour le Canada tout entier.

Le plan B

Ce que les Chinois ignoraient est que Justin Trudeau en avait vu d'autres et qu'il avait un plan B. Il est allé rendre visite à son ami Donald Trump, celui là même qui l'avait traité de faible et de malhonnête.

Que voulez-vous, il faut bien marcher sur son orgueil de temps en temps. Toujours est-il qu'il a supplié Trump de l'aider à solutionner le problème. Après tout, c'est un peu à cause de lui s'il est dans le trouble. L'histoire ne dit pas, toutefois, si Justin est allé jusqu'à verser une petite larme sur l'épaule du président américain.

Un grand naïf

Trump aurait dit à Trudeau qu'il acceptait de l'aider, et Trudeau l'a cru. Est-ce que le président des USA a vraiment intercédé auprès du numéro un de la Chine pour qu'il libère les deux Canadiens? Deuxièmement, pensez-vous que la Chine est disposée à satisfaire les États-Unis?

Trump n'a jamais parlé à la Chine en faveur des deux Canadiens comme l'a demandé Trudeau. Il ne l'a pas fait parce que, s'il l'avait fait, il se serait fait retourner comme une crêpe.

La réponse de la Chine

M. Trump croyez-vous vraiment que nous sommes disposés à accepter votre demande, alors que le Canada détient, à votre demande, une de nos compatriotes? Vous avez banni, Huawei de votre territoire et exigé que d'autres pays fassent comme vous, de plus vos tarifs exorbitants sur nos exportations vers votre pays nuisent grandement à notre économie. M. Trump, allez vous faire cuire un œuf.

Le Président n'est quand même pas si niaiseux que ça. Il savait bien ce qui se passerait s'il allait intercéder auprès des Chinois en faveur du Canada. C'est pour ça qu'il ne l'a pas fait, mais Trudeau croit le contraire. Grand bien lui fasse. Peut-être que s'il se présentait en Chine déguisé en Chinois les larmes aux yeux... On sait jamais.


De retour en septembre.

Billos



Pour voir tous les articles, réagir et les commenter, rendez-vous sur le blog de
"De tout sur tout"


Vous aimez cette page... partagez-la!


Pour envoyer cette page par courriel à un(e) ami(e)
Cliquez ici


Vos impressions sur cette chronique
Etes-vous en accord ou en désaccord avec cette chronique?
Fortement en accord
Plus ou moins en accord
Pas d'accord du tout
Indifférent
Commenterez-vous cette chronique sur le blog de Billos?
Oui certainement
Non
Peut-être

Résultats


droit de publication accordé exclusivement à jabo-net.com
toutes copies interdites.